Beaujolais et Lyonnais

Après la chute de l’Empire Romain et le passage des barbares, les moines des grandes abbayes de la région Beaujolais reprirent la viticulture. Les sols graniteux composant cette région étaient alors décrits comme permettant seulement la culture de la vigne. A la fin du XIXème siècle, un homme, Victor Puillat, permit le rétablissement de la vigne après les attaques du phylloxéra qui ravagèrent le vignoble, grâce à la greffe de plants américains.

La région Beaujolais a une superficie de 22 000 hectares et s’étend du val d’Azergues à Lyon, sur 55km de long et environ 15km de large. A l’est du vignoble coulent la Saône et ses affluents qui creusent les collines et, à l’ouest les monts du Beaujolais le dominent et lui offrent des coteaux et des collines de 200 à 500 mètres d’altitude. Ce vignoble doit sa grande précocité à une chaleur globalement tempérée (11°C en moyenne) ainsi qu’à la rencontre de trois types de climats : océanique, méditerranéen en été et continental en hiver.

Il produit annuellement 1 215 000 hectolitres de rouges vastes en gammes. Le vignoble des Coteaux-du-Lyonnais, avec ses 355 hectares est également rattaché à cette région viticole, il produit 17 900hl/an de rouges et de blancs issus du chardonnay. Le cépage unique gamay tire pleinement profit de ce terroir schisteux et pauvre, et peut se décliner en deux formes, le « gamay geoffray » et le « petit gamay ».

La vinification pratiquée en Beaujolais est originale puisqu’elle consiste à laisser reposer les raisins non pressurés dans des cuves closes, qui sous le poids des baies délivrent du jus dont l’acide malique se transforme en éthanol dans un milieu saturé en gaz carbonique. Cette désacidification permet une consommation de qualité des vins jeunes mais la macération carbonique dans son ensemble favorise le développement d’arômes fermentaires spécifiques qui font la réputation des vins de cette région.

Organisée en deux sous-régions (le Beaujolais, le Beaujolais et Lyonnais) la région Beaujolais compte quatorze AOC, dont des crus qui font sa réputation, comme l’AOC Saint-Amour, l’AOC Juliénas, l’AOC Moulin-à-vent ou encore l’AOC Chénas.

Pin It on Pinterest