VOUS AVEZ DIT BIODYNAMIE ?

 

DÉFINITION

C’est en 1924 que Rudolf Steiner, philosophe et scientifique autrichien, donne les orientations de cette discipline qui étudie le lien unissant l’homme, les plantes, la Terre et le cosmos tout entier. Considérée comme une branche de l’agriculture biologique, la biodynamie va beaucoup plus loin que le fait d ‘exclure l’emploi de produits chimiques de synthèse. Elle utilise des produits fondamentaux, à base de silice ou de bouse de vache.

LE PRINCIPE DE L’HOMÉOPATHIE

Toutes ces préparations sont diluées dans l’eau, selon le principe de l’homéopathie, puis « dynamisées » par un brassage très précis, dans un sens, puis dans l’autre, durant un temps déterminé. Ensuite la solution dynamisée est répandue en gouttelettes sur le sol, pour la bouse et les composts, ou sur les feuilles, pour la silice. On utilise aussi des plantes ortie, valériane, prêle ou thuya — sous forme de tisanes, de décoctions ou de dilutions homéopathiques, pour éviter les maladies.

 

DES PRÉPARATIONS QUI CAPTENT L’ÉNERGIE

Les préparations employées en biodynamie servent à stimuler les forces de vie d l’Œuvre à l’intérieur de la plante.

La bouse de corne. Une corne de vache, remplie de bouse, est enterrée dans le sol de l’équinoxe d’automne jusqu’au printemps afin d’être amenée presque à l’état d’humus. Sa principale action est de faire descendre les racines de la vigne plus en profondeur dans le sol, d’où une meilleure résistance en cas de sécheresse notamment.

La silice de corne. Constituée de quartz (cristal de roche) finement broyé, additionné d’un peu d’eau, elle est mise dans une corne de vache, enterrée au tout début de l’été jusqu’à Noël, et par la suite exposée aux forces vives du soleil. Elle va stimuler l’action des forces de fructification.

Les composts de bouse. Ils se composent essentiellement de bouse de vache, de silice, de calcaire et de diverses préparations à base de plantes (millefeuille, camomille, ortie, écorce de chêne, pissenlit ) Très riches en bactéries, ces composts renforcent le processus de décomposition de la matière organique et permettent de restructurer les terres abîmées.

 

LE CALENDRIER

La mise en œuvre de la biodynamie exige de connaître chaque jour la position des astres et des constellations. Ses adeptes considèrent en effet que la croissance des plantes dépend des influences cosmiques qui agissent selon un certain rythme, directement lié aux positions de la Lune et du Soleil, par rapport aux constellations du zodiaque. Ainsi, selon les jours, la plante favorise ses racines, ses feuilles, ses fleurs ou ses fruits. Les travaux et traitements effectués sur les vignes sont régis par ce calendrier. Ainsi, il est préférable de planter pendant des « jours racines » ou des « jours fruits ». Pour améliorer la qualité des raisins, on intervient pour la culture et les traitements les « jours fruits ».

UNE DÉMARCHE IRRATIONNELLE ?

Cela peut paraître étrange pour des esprits rationnels. R. Steiner a pourtant toujours demandé à ne pas être cru mais à ce qu’on vérifie expérimentalement sa théorie. Aujourd’hui, cette méthode ne manque pas d’efficacité sur le terrain. Est-ce dû à la quantité de soins prodigués par des vignerons très soigneux ou à ces préparations spécifiques ? Les vignerons en biodynamie sont tous convaincus de la méthode. Même si certains sont des pratiquants non croyants, le résultat est là.

Pin It on Pinterest

Share This